samedi 19 juillet 2014

On dirait que ce serait les vacances…


1347e jour - C’est l’été… Faute de connexion internet digne de ce nom, les voyages s’arrêtent (ou tout au moins s’espacent) durant quelques temps. Rendez-vous très bientôt pour de nouvelles aventures.
Et en attendant, si vous ne l’avez déjà fait, vous pouvez toujours vous précipiter en librairie pour acheter ceci :
Éclats d’Amérique, éditions Inculte, 2014.

vendredi 18 juillet 2014

Quelque chose de Tennessee


1346e jour - Des images – juste des images – prises dans l’État du Tennessee à Memphis, Chattanooga ou Nashville…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

jeudi 17 juillet 2014

Éclats d’Éclats (7) - La Crosse

1345e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 475
À La Crosse, pour peu qu’on se promène dans la zone industrielle le long du Mississippi, pas très loin d’Houska Park, on peut admirer le plus grand pack de six du monde (titre revendiqué par la City Brewery, brasserie à laquelle les six cuves sont accolées).
Ce fameux pack a été construit en 1969. La brasserie, depuis, a connu des hauts et des bas (pas mal de bas). Elle a failli fermer. Mais elle a survécu…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mercredi 16 juillet 2014

Éclats d’Éclats (6) - Cheyenne

1344e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 484
On est dans la nuit de ma chambre de motel, allongés l’un contre l’autre. Alysson dit : Ma mère avait un amant. Je l’ai découvert peu avant sa mort… Elle était déjà à l’hôpital. Elle se savait condamnée… Un soir alors que je m’apprêtais à partir, elle m’a demandé de lui rendre un service, de détruire des courriers sur lesquels elle ne voulait pas que mon père tombe et qui étaient cachés au milieu de paperasses dans un placard de sa chambre…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mardi 15 juillet 2014

Éclats d’Éclats (5) - Fort Smith

1343e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 39.
Chose vue…
À hauteur d’un passage à niveaux, des wagons-trémies de chaque côté de la rue, tout près de celle-ci, comme si on avait coupé le convoi en deux (poussé les wagons) pour laisser passer les voitures (c’est du reste, à la réflexion, sans doute de cela qu’il s’agit)…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

lundi 14 juillet 2014

Éclats d’Éclats (4) - Mobile

1342e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 13.
C’est une femme à l’angle de Royal et Church, à proximité du fort Condé, pas très loin du terminal des bateaux de croisière. Elle est assise sur un siège pliant avec dans ses mains son téléphone qu’elle n’utilise quasiment jamais. Sur sa droite, identique à celui sur lequel elle se tient, il y a un autre siège. Mais vide. Et c’est lui, immanquablement, qui attire l’attention

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

dimanche 13 juillet 2014

Éclats d’Éclats (3) - Holbrook

1341e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 27.
Globetrotter Motel avec Beth.
Au cœur de la nuit, elle dit : À ton avis, de quoi nous souviendrons-nous quand nous penserons à cette journée dans six mois, dans dix ans, à la fin de notre vie ?
Moi : Difficile à dire. De cette chambre sans doute…
Elle : Oui, mais alors quoi dans cette chambre ?
Moi : Des couvre-lits très certainement – des aigles et des trucks qui sont imprimés dessus. Et pour ma part, de ton corps nu couché sur ce motif insensé. De tes fesses…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

samedi 12 juillet 2014

Éclats d’Éclats (2) - Los Angeles

1340e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 50.
L‘homme était assis à un bout du comptoir devant des feuilles volantes en vrac ; moi, j’étais à l’autre extrémité, je prenais des notes dans mon carnet. C’était au Frolic Room, un bar à cocktails d’Hollywood Boulevard.
Quand il a vu que j’écrivais, il a rassemblé son tas de papiers, l’a glissé sous son bras. Il a pris son verre (un double whisky) et, sans se presser, il est venu s’installer à côté de moi. Je l’ai observé qui opérait. Il me faisait penser à Bukowski, je veux dire physiquement…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

vendredi 11 juillet 2014

Éclats d’Éclats (1) - Savannah

1339e jour - C’est l’été. Pour fêter ça, un extrait court d’Éclats d’Amérique, livre sorti il n’y a pas si longtemps que ça chez Inculte…

Page 103.
De l’immeuble d’en face, j’ai voulu prendre une photo pour ne rien oublier. C’est assez étrange en fait de penser qu’une photo prise en plein après-midi puisse un jour m’aider à me souvenir d’un événement survenu de nuit et que je n’ai, qui plus est, pour ainsi dire pas vu…

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

jeudi 10 juillet 2014

Une simple partie de golf - Reykjavik



1338e jour - On ne voit la plupart du temps que la surface des gens. On est prêts à s’en contenter. Ici, par exemple, il est tentant de ne voir que des golfeuses ou, au mieux, des femmes qui jouent au golf.
En réalité, cependant, il y a fort à parier que le golf est si ce n’est anecdotique tout au moins périphérique dans la vie des trois femmes. L’essentiel n’est pas là. Et pourtant…
J’ai bien l’impression qu’il en va de même pour toute chose en ce monde. Rarement, l’on éprouve la nécessité de creuser.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mercredi 9 juillet 2014

Souvenir du bateau de bord de route - Ólafsvík

1337e jour - Elle dit : Une fois, avec mon copain de l’époque, on a voulu aller dans le bateau pour faire l’amour. Il était tard, sans doute un vendredi soir. On avait bu, tu vois. C’est lui qui a eu l’idée. Moi, j’ai suivi. On s’est garés à une centaine de mètres pour ne pas éveiller de soupçons. Il a pris dans le coffre de sa voiture une boîte à outil au cas où il serait nécessaire de crocheter une serrure.
J’avais l’impression que nous nous apprêtions à commettre quelque chose d’insensé.
Ça n’a pas été une simple affaire de monter à bord, je te passe les détails.
Quand nous sommes arrivés, c’était ouvert. Nous sommes descendus précautionneusement.
Il y avait un couple déjà à l’intérieur, à peine éclairé par une torche aux piles usées. Pour ce que j’en ai vu, ils étaient nus, allongés sur un matelas sans drap. Ils nous ont proposé de les rejoindre. Je n’ai pas hésité – j’ai dit à mon copain que je voulais qu’on reparte. Tout de suite ! Si j’y avais été préparé peut-être que j’aurais essayé. Mais là, c’était si soudain…
Voilà. Nous avons fait demi-tour. Et le lendemain, il m’a dit qu’il ne me trouvait pas assez fantasque ; il m’a annoncé qu’il me quittait.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mardi 8 juillet 2014

Ninjas noirs - Ólafsvík



1336e jour - Extrême ouest de l’Islande. On est un peu au milieu de de nulle part et pourtant, régulièrement, l’on croise des hommes aux allures de ninjas noirs. Armés de rotofils ou de fourches, parfois casqués, ils entretiennent les fossés le long de la route.
J’aimerais savoir, occupés à pareille tache toute la journée, à quoi ils pensent ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.