vendredi 25 avril 2014

Deux images qui se répondent - Phoenix



1262e jour - Difficile de dire pourquoi on a l’impression parfois que deux images, fondamentalement, se répondent.
Ici, il faudrait évoquer les jeux entre verticalité et horizontalité, ou encore entre lumière et ombre. Il faudrait parler de la sensation que l’on éprouve, les observant, de faire face à un incommensurable vide.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

jeudi 24 avril 2014

La place des mots - Phoenix








1261e jour - Je lis…
Everyday People Making a Difference  /  Taste Greatness  /  Fins Up. Phoenix !  /  Aeroflow, Dry-Cold, Milk Cooler  /  Dallas Cowboys ou Cincinnati Bengals ou Miami Dolphins  /  Egg Salad & Cup, Half Egg Salad & Cup, Chicken Salad & Cup  /  Every Dollar Brings Us Closer to Finding Cures, Your Support Really Helps
J’aime les mots. J’aime les mots dans les images. Ils sont mon exotisme.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mercredi 23 avril 2014

American Legion Post # 1 - Phoenix








1260e jour - Difficile de se mettre dans la peau de celui qui viendrait ici en habitué.
Je me fais tout petit. J’observe – un couple au bar, un type qui lit son journal dans ce qui doit faire office, aux heures des repas, de cantine, de mess.
Je relève aussi des noms sur les plaques accrochées : Post 61 Avondale, AZ. ; Post 419 Santa Clara, CA. ; Post 247 Arcadia, CA ; Post 26 Niles, MICH. ; Post 4 Mount Clemens, MI., etc.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mardi 22 avril 2014

Cruciverbiste - Phoenix





1259e jour - À Phoenix, j’ai rencontré une inconditionnelle des mots croisés – c’était dans un salon de coiffure qu’aujourd’hui je ne saurais plus situer sur une carte ; peut-être était-ce dans l’est de la ville. J’étais rentré là un peu par hasard. Pour me faire couper les cheveux autant que pour observer.
La femme attendait son tour tout comme moi, assise dos à la vitre (à la rue), elle alignait des mots sur une grille.
En fond sonore passait un vieil album de Billy Joël.
Elle enquillait lettres et mots à la façon d’une machine.
Mais il arrive que les machines s’enrayent et la femme, soudain, au bout d’une dizaine de minutes, s’arrêta, sourcils froncés. Elle resta ainsi figée une trentaine de secondes avant de prendre la parole, voix haute (visiblement les coiffeurs avaient l’habitude) : “Pas facile à monter ? Six lettres…”
Je me suis entendu répondre “bronco” (je venais la veille de regarder un documentaire sur le rodéo). Et voilà. Nous avons engagé la conversation. Elle m’a appris, entre autres, qu’elle faisait partie d’un club de cruciverbistes sur internet et que c’était par le biais de ce club qu’elle avait rencontré celui qui n’allait pas tarder à devenir son troisième mari. Il devait arriver dans la soirée. C’est pour ça qu’elle était là, pour se faire une beauté. Le futur mari habitait Baltimore. Elle ne l’avait pas vu depuis deux mois.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

lundi 21 avril 2014

Les sols de Phoenix





1258e jour - J’aimerais comprendre les sols de Phoenix immanquablement pleins de vergetures. Ça a sans doute à voir avec la chaleur, avec les écarts de température entre le jour et la nuit. Le revêtement, partout ou presque, ressemble à un dessin d’enfant fait de courbes enlacées.
Parfois les failles sont des gouffres vertigineux à l’échelle d’une fourmi. Parfois les ravines sont comblées. Et parfois aussi, quand elles sont comblées, il semble qu’elles ont été peintes par-dessus dans un geste pseudo-artistique (à moins que cet anthracite qui marque le sol soit la couleur même de l’enduit).
Chaque rue, sous les roues des voitures, produit sa propre musique, fonction des ornières, des creux et des pleins, des traces du temps qui est passé.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

dimanche 20 avril 2014

De dos - Phoenix




1257e jour - Aujourd’hui, j’ai longuement observé trois femmes plus ou moins installées devant un ordinateur (dans le cas de l’une d’elles, l’ordinateur tenait lieu de caisse enregistreuse).
J’ai noté la couleur de leurs cheveux, la manière dont ils tombaient sur leurs épaules. J’ai relevé la façon dont elles étaient habillées. Je leur ai rêvé des prénoms et, plus encore, des vies…
Je ne les ai vues que de dos. Je ne sais (et ne saurai jamais) rien de leurs visages. Je n’ai d’autres choix que de les imaginer. Mais, d’une certaine façon, ça me va.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

samedi 19 avril 2014

Ma femme est un génie - Phoenix

1256e jour - Il m’a dit : Ma femme est un génie ! Et moi, comme un imbécile, je l'ai cru. On était au comptoir d’un bar sur Van Buren. Il venait d’engager la conversation après s’être rendu compte que je feuilletais un catalogue d’exposition.
Il m’a dit : Elle peint. Des paysages dans la tourmente. Des arbres dans la tempête, des bords de mer. C’est figuratif mais ce qui ressort, quand on regarde ses tableaux, c’est la force des éléments – elle a le sens de ça, je veux dire pour représenter l’énergie des éléments.
Il a rajouté : Elle expose dans une galerie dans le nord de la ville. Si vous voulez, je vous file l’adresse. Allez jeter un œil. Vous ne serez pas déçu. Pour l’instant, il n’y a qu’une seule de ses toiles mais elle vaut le détour. Tenez !…
Et il a griffonné l’adresse de la galerie sur une serviette en papier. Et le nom de sa femme aussi : Clara Kellerman.
Finalement, aujourd’hui, je suis allé voir. En fait de galerie, il s’agit d’une boutique qui vend des bibelots, des fringues. Le “tableau” est posé sur un boîtier d’interrupteurs près de l’entrée.
La vendeuse elle-même a eu l’ai surprise quand je lui ai expliqué le but de ma visite. Elle m’a demandé : Vous ne venez tout de même pas de France pour ça, hein ?

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

vendredi 18 avril 2014

L’homme au bras cassé - Phoenix

1255e jour - Un arrêt de bus le long d’une avenue sans fin. Début d’après-midi. Le soleil tape, éblouit. Mais l’homme au vélo se tient dans la lumière (il suffirait pourtant d’un pas en arrière pour gagner l’ombre).
Son avant-bras gauche est plâtré. Tête inclinée, il semble en recueillement.
Peut-être ne cherche-t-il qu’à étirer les muscles de sa nuque. Peut-être se perd-il dans l’observation attentive du béton à ses pieds (de sa granulation, des taches qui constellent sa surface…) ou alors d’une fourmi.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

jeudi 17 avril 2014

Je ne sais pas ce qu’ils attendent - Phoenix


1254e jour - En début de soirée, je les ai vus s’enlacer, je pourrais le jurer ! Un homme et une femme dans un des rares bureaux encore éclairés de la tour d’en face. Lui en costume cravate, elle en chemisier blanc. Il la tenait serrée contre lui, mains plaquées sur ses fesses.
Alors depuis, je guette. Ça fait plus de deux heures que je guette ; que je scrute au-delà du lampadaire, que je m’esquinte la vue à force.
Il y a une demi-heure, s’est abattu un orage démentiel. Mon premier orage d’Arizona. Maintenant, la foudre n’est plus qu’un grondement lointain mais mes vêtements sont trempés.
L’homme et la femme sont toujours en train de travailler. Ils sont seuls à leur étage. Je les aperçois de temps à autre qui traversent, affairés, les grands espaces de leur plateau.
Il est près de minuit.
Il y a deux minutes, je les ai vus se rapprocher l’un de l’autre, j’ai cru qu’était venue l’heure du grand spectacle. Mais l’homme s’est contenté de tendre une feuille à la femme qui aussitôt est retournée à son écran.
Ils se désirent ardemment, j’en suis certain.
Je me demande bien ce qu’ils attendent.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mercredi 16 avril 2014

Une autre fille, une autre fois - Grenoble

1253e jour - Je ne me rappelle quasiment plus rien d’elle. Je crois qu’elle se prénommait Agathe mais je ne pourrais pas le jurer. Je me souviens juste qu’elle habitait là, au 5, Place de l’Étoile, au troisième étage – un appartement sans grand intérêt, avec des pièces en enfilade, un micro-balcon…
Bizarrement, m’est toujours resté en mémoire, seul détail concret, un mot qu’elle avait punaisé dans ses toilettes. Sur une feuille arrachée à un carnet était écris : Agir en primitif et prévoir en stratège.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

mardi 15 avril 2014

La netteté des ombres - Paris

1252e jour - Une nuit, alors que nous ne dormions ni l’un ni l’autre, elle me dit qu’elle avait remarqué que la différence de taille entre nous était telle que mon ombre, au sol, avait un contour plus flou que la sienne.
Sur l’instant, je n’avais d’abord pas voulu la croire.
Mais le lendemain, alors que nous marchions côte à côte dans ce coin de la rue Lecourbe du côté de Lourmel, j’eus l’opportunité de vérifier qu’elle avait raison.
C’est ce jour-là – impressionné qu’elle ait pu faire pareille découverte, je crois – que je me suis mis, réellement, à me sentir proche d’elle.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.

lundi 14 avril 2014

Se perdre - Banteay Ampil Temple



1251e jour - Nous étions en train de visiter un temple à proximité d’Angkor quand – je ne sais pas ce qui m’a pris – j’ai décidé de quitter le groupe, d’aller faire un tour dans la campagne alentour.
J’ai suivi un chemin entre terre et sable. Au début, celui-ci était à peu près droit. La campagne ne paraissait pas si exotique que ça. J’aurais presque pu me croire en Europe – je me souviens m’en être fait la réflexion.



Et puis, de plus en plus, le chemin s’est démultiplié. Il fallait choisir entre droite et gauche. Encore et encore… Je me suis dit que ce chemin qui semblait inoffensif vu du sol était peut-être en réalité l’une des voies d’un labyrinthe insondable. J’étais prêt à me perdre.



Au bout d’une trentaine de minutes, j’ai aperçu une famille devant moi. J’ai pressé le pas pour la rattraper. J’avais l’impression que de les suivre m’éloignait du temple mais, dans le même élan, ça me semblait indispensable de le faire.







Aucun d’eux ne parlait français ou anglais.
Ils souriaient.
Ils allaient quelque part visiblement.
La mère tenait dans ses bras le poids mort d’une enfant endormie.
D’une certaine façon, ils m’ont intégré à leur groupe.
Nous avons croisé des vaches, un chien. Nous avons traversé des étendues d’eau.
Ils souriaient et je m’éloignais des miens, de ceux avec qui j’étais…
Cela faisait deux bonnes heures maintenant que nous marchions ainsi quand soudain a retenti une sonnerie. C’était mon réveil. Il était sept heures. J’allais devoir me lever.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci.