mardi 28 juin 2016

Au fil du rail - Havre, Montana


1735e jour - Lecture, Au fil du rail de Ted Conover, éditions du sous-sol, page 166 :
Au premier abord, Havre était une petite bourgade typique du Nord-Ouest ; seule détonnait la taille démesurée des gares de triage. Elles étaient d’un côté de l’autoroute, et la ville de l’autre. […] je me mis à la recherche d’une mission, fatigué d’avoir mal dormi dans la fraîcheur des nuits précédentes, sentant le rhume poindre. Ne trouvant rien, je dilapidai vingt dollars pour me payer deux nuits au Shanty Motel, un véritable taudis qui portait bien son nom. Je passai l’essentiel de mes journées au lit, et me levai pour de bon le troisième jour, revigoré mais vaguement circonspect. Mes quelques promenades au hasard des rues ne m’avaient pas permis de trouver l’emplacement de l’allée des Hobos.


Loin de son heure de gloire des années cinquante, soixante (les “voyages” de Ted Conover, eux, datent des années 80), le Shanty Motel est devenu depuis un Budget Inn. Les prix s’élèvent aujourd’hui à une cinquantaine de dollars la nuit et le service, si l’on en croit les avis TripAdvisor qui déplorent des tâches sur les moquettes, une sécurité déficiente et des trains, à proximité, bruyants durant toute la nuit, n’est pas monté en gamme depuis la visite de l’auteur.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 27 juin 2016

Fiction - New York


1734e jour - Relire à la volée des passages d’un livre – Joueurs de Don Delillo en l’occurrence. Page 17, tomber sur ce lot de phrases :
L’homme se tenait souvent là, devant Federal Hall, à l’angle de Nassau et Wall Street. Maigre et mal rasé, avec le poil gris d’un septuagénaire, luisant de sueur dans sa chemise élimée et son complet usagé, il brandissait au-dessus de sa tête une pancarte bricolée, parfois des après-midi entiers, n’abaissant les bras que le temps de rétablir la circulation sanguine. La pancarte mesurait environ un mètre sur soixante ou soixante-dix centimètres, et portait sur ses deux faces des inscriptions tracées à la main, de nature politique. À cette heure-là, les badauds, pour la plupart assis sur les marches de Federal Hall, étaient bien trop distraits par les passants pour accorder autre chose qu’un coup d’œil superficiel à ce type avec sa pancarte – spectacle familier, après tout. Dans ce quartier, les hommes se rassemblaient encore solennellement pour regarder les filles. Il leur semblait qu’à travailler dans le rugissement de l’argent, ils méritaient ce droit résiduel.
Ensuite, aller voir, espérant sottement découvrir quelques échos au texte – oubliant, ce faisant, que le temps passe (Joueurs date de 1977) et plus encore que les mots du livre sont ceux d’une fiction.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 24 juin 2016

La clé des songes - Oulan-Bator

1733e jour - Elle dit : “Cette nuit, j’ai fait un rêve étrange. On était dans un endroit bizarre tous les deux, difficile à définir, une sorte de bureau. Je me souviens de la porte d’entrée — avec une drôle de serrure, placée sur la poignée elle-même ! J’avais jamais vu ça. Et donc, nous étions là, tous les deux, les yeux rivés sur cette foutue serrure, incapables de nous en détacher. Avant d’éclater d’un retentissant fou-rire, tu as remarqué, faussement solennel : Ça arrive quand même que tu sois chiante. On ne peut pas dire que tu sois à proprement parler un aventurière. Pour bien faire, il faudrait que tu acceptes, de temps en temps, de prendre la clé des champs. Enfin, je veux dire, la poudre d’escampette !”

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 23 juin 2016

L’installation - Oulan-Bator


1732e jour - Poste centrale d’Oulan-Bator. Elle dit : “T’imagines ! Une installation là-dedans ! Un texte glissé dans chacune des boxes… une sorte de conte des mille et une nuits des temps modernes. Il s’agirait de les ouvrir pour découvrir !”
Elle marque une pause avant d’ajouter : “Bon, bien sûr, il faudrait se trimballer un putain de trousseau de clés parce que quand même ça fait un sacré paquet de serrures !”

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 22 juin 2016

Beauté des choses - Oulan-Bator


1731e jour - Un jour peut-être, pourrai-je dire à mes petits enfants, plein de fierté : voyez-vous, j’ai beaucoup voyagé. Je serai sans doute tenté de me lancer ensuite dans l’énumération de mes pérégrinations les plus insensées. Au sein de ces dernières, probablement ferai-je une place toute particulière à ce couloir du douzième étage du Khangarid Palace d’Oulan-Bator d’où, ce matin, j’ai longuement observé des plantes chétives sur fond de toits enneigés et de soleil levant.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 21 juin 2016

Portraits - Oulan-Bator



1730e jour - Combien d’êtres humains, sur Terre, dont je ne saurai jamais rien ?

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 20 juin 2016

Pour changer, photographier des tableaux - Oulan-Bator



1729e jour - À Oulan-Bator, j’ai croisé d’autres tableaux que celui évoqué hier, d’autres paysages, ou alors des portraits… J’en ai vu dans les couloirs de la BNF mongole, à la poste centrale, dans divers édifices publiques, des écoles… À chaque fois, pour garder une trace, j’ai photographié.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 17 juin 2016

In/Ex - Oulan-Bator

1728e jour - Il y a eu toute une période de ma vie, entre enfance et adolescence, où je me suis targué de peindre. Je passais du temps à reproduire des paysages de cartes postales sur de la cartonnette, avec, profondément ancrée en moi, l’impression que ce que je faisais tenait de l’art. Je pense à cela dans Bökhiin Örgö, la grande arène de lutte mongole alors que je découvre, au-delà des gradins, un tableau posé là pour dire l’esprit national qui passe tout à la fois par ce qui est représenté – la steppe – que par le médium employé – ce qu’on pourrait ironiquement qualifier de croûte.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 16 juin 2016

Wrestling Arena - Oulan-Bator





1727e jour - La lutte, en Mongolie, est sport national. Ici, on pratique sans catégories de poids et il s’agit d’obliger l’adversaire à mettre un genou à terre, ou alors le dos ou les fesses. Un combat, paraît-il, ne peut durer plus de trois heures (mais trois heures, ça paraît déjà très long).
La compétition principale se déroule en juillet et réuni 1024 combattants. Gagner ce tournoi est un très grand honneur et permet de devenir Lion de la Nation. En renouvelant les victoires, on acquiert des titres honorifiques encore plus remarquables : avec deux victoires, on devient Géant de la Nation, avec cinq victoires, le summum : Indétrônable Géant de la Nation.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 15 juin 2016

Attendre le bus - Aïmag de Dornogovi

1726e jour - Au bout d’une heure, j’ai commencé à m’inquiéter. Je suis allé aux renseignements auprès du seul type qui semblait également attendre, un peu plus loin sur l’esplanade. J’ai usé du peu de mongol que je connaissais pour surarticuler un simulacre de phrase, quelque chose comme : “Vous aussi bus Ou-lan-Ba-tor ?”
Il a dodeliné de la tête avant de tendre trois doigts devant lui avec, sur le visage, un air résigné. Je n’ai pas compris si ça signifiait trois heures de retard ou si le bus n’était sensé arriver que dans l’après-midi ; il était à peine dix heures du matin. Je n’ai pas insisté, tentant de calquer mon comportement sur celui de l’homme qui, lui, semblait prêt à trouver ça normal d’attendre ainsi. Il m’a fait signe d’approcher mon barda.

Nous avons donc été deux à attendre. Assis l’un à côté de l’autre. En silence.
Vers midi, il a sorti des beignets d’un sac en papier. Il y en avait deux et il m’en a proposé un. Je l’ai remercié avant de croquer dedans. Le beignet était incroyablement gras et sentait fort le mouton. Je me suis efforcé de sourire tout en mastiquant. Ce n’aurait pas été facile d’expliquer que j’étais plus ou moins végétarien. Un peu plus tard, à mon tour, j’ai sorti de la nourriture de mon sac à dos, c’était deux barres de céréales et j’en ai tendu une à mon voisin. L’homme autant que moi s’est mis à mâchonner en souriant pour marquer sa gratitude. Je ne saurai jamais ce qu’il pouvait bien penser en cet instant précis, s’il trouvait cela bon ou s’il estimait que c’était complètement dégueulasse.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 14 juin 2016

Frontière - Aïmag de Dornogovi



1725e jour - Du sable, de la poussière. Des températures, en début d’après-midi, qui frisent les quarante (dans la nuit ce sera une toute autre paire de manche). Une station essence d’un côté de la route, des toilettes de l’autre. Des 4x4 en procession qui attendent l’autorisation de traverser. Et de l’autre côté, là-bas, après un dernier poste de contrôle, la Chine !

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 13 juin 2016

Face aux immensités - Aïmag de Dornogovi

1724e jour - Face aux immensités désertiques, on imagine avoir en tête des airs plein de quiétude, du Bach, du Arvo Pärt, je ne sais pas… Mais moi, c’est trop con, c’est une chanson de Capdevielle qui s’est glissée en moi depuis l’aube – Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps / Tu t’demandes à qui ça sert toutes les règles un peu truquées / Du jeu qu’on veut te faire jouer / Les yeux bandés… J’ai beau essayer, impossible de l’évacuer. Elle tourne et tourne encore, souillant à sa façon, la beauté de l’instant.

///////
 Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci